FR
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
Informations pratiques Expositions Votre visite Musée Agenda

© 2015 Musée de Pont-Aven Mentions légales Plan du site Espace presse Contactez-nous La protection des données numériques
Un équipement de Concarneau Cornouaille Agglomération

EN BZH
Collections
Acquisitions 2018
Acquisitions 2018

 

Un Émile Bernard entre dans les collections

Parmi les œuvres récemment entrées dans les collections, un petit paysage rarissime d’Émile Bernard, complète l’ensemble de 36 œuvres de l’artiste déjà conservées au musée. La collection permanente s’enrichit également cette année de deux œuvres de Meijer de Haan, élève de Paul Gauguin et d’une œuvre d’Henri Delavallée. Ces trois acquisitions ont été réalisées grâce aux soutiens majeurs de la banque CIC Ouest, mécène officiel, et du Fonds Régional pour l’Acquisition des Musées (FRAM - fonds Etat/Région). L’Association des Amis du Musée de Pont-Aven et de nombreux collectionneurs aident le musée chaque année à enrichir la collection.

 

Émile Bernard (1868-1941) est né à Lille. Il se forme à l’atelier Cormon à Paris. En 1886, il découvre la Bretagne et revient en 1887 à Pont-Aven. En 1888, il échange sur l’art avec Paul Gauguin. De leur rencontre naît le synthétisme. Il séjourne encore en Bretagne en 1892, puis quitte la France pour l’Egypte, où il se fixe jusqu’en 1903, avant de venir s’installer à Tonnerre puis quai de Bourbon à Paris.

L’œuvre voit le jour en 1888, période marquée par un changement de style initié à Pont-Aven même. Ainsi, on y retrouve les principales caractéristiques de cette technique naissante, le synthétisme : planéité, emploi de couleurs vives en larges aplats, horizon haut placé et formes épurées.


Les tons orangés de l’œuvre évoquent la saison automnale.

A l’arrière-plan, des formes plus géométriques évoquent peut-être un corps de ferme. Cette œuvre participe à placer l’artiste parmi les fondateurs de l’art moderne et de l’Ecole de Pont-Aven en particulier. Ce tableau est également appelé L’Arbre roux. Il est resté confidentiel, car il a été gardé dans la même famille pendant plusieurs décennies. Elle n’a été redécouverte qu’en 2016 à l’occasion de l’exposition  « I Nabis, Gauguin e la pittura italiana d’avanguardia » (« Les Nabis, Gauguin et la peinture italienne d'avant-garde »), à Rovigo, en Italie.

Meijer de Haan (1852-1895) est né à Amsterdam dans une famille de fabricants de biscuits. Il commence par travailler dans l’affaire familiale, tout en pratiquant la peinture, en amateur. En 1888, il quitte Amsterdam pour Paris. En juin 1889, pendant l’exposition universelle, il visite l’exposition du Groupe impressionniste et synthétiste au café Volpini ; il fait la connaissance de Gauguin et décide de le suivre en Bretagne. Installé d’abord à Pont-Aven puis au Pouldu, à l’auberge de Marie Henry, en compagnie de Filiger, Sérusier et Gauguin, le Hollandais contribue au financement du séjour de ce dernier qu’il considère comme son professeur. Après 1891, il regagne la Hollande, où il meurt prématurément, en 1895.

Meijer De Haan a réalisé plusieurs natures mortes aux légumes et aux fruits. Celle-ci est une composition aux couleurs profondes. Le pichet bleu tout en rondeur et les fruits aux teintes jaune et rouge, disposés fort simplement, reflètent vivement la lumière extérieure, apportant ainsi de l’éclat au tableau. D’après le recensement effectué par l’artiste Fernand Dauchot (1898-1982) dans la collection Cochennec (Ida Cochennec était la fille de l’artiste et de Marie Henry), cette peinture serait l’une des premières œuvres de l’artiste peinte en Bretagne.

Dans cette Nature morte, la palette de l’artiste est claire et riche. En effet, l’arrière-plan tacheté et les motifs représentés sont rehaussés de jaune qui éclaircissent considérablement la composition. L’orange et le vert profonds sont mis en valeur par le mur aux tons clairs. L’influence de Paul Gauguin est ici palpable.

A son départ de Bretagne, il a laissé plusieurs de ses œuvres à Marie Henry avec laquelle il a eu une fille, Ida. Les deux œuvres qui entrent au Musée de Pont-Aven en font partie.

Henri Delavallée (1862-1943) est né à Reims. Il est l’élève d’Ernest Hébert. En 1885, il découvre la Bretagne et fait connaissance avec Gauguin, Laval, du Puigaudeau et Émile Bernard à Pont-Aven, à la pension Gloanec. Il fait partie, comme associé, de la Société des peintres-graveurs français et initie Armand Seguin à la gravure. Il retrouve Gauguin à Pont-Aven en 1894 et expose à la Société nationale des beaux-arts. En 1941, la galerie Saluden de Quimper lui consacre une exposition monographique.

 Cette œuvre, Jeune Breton, à la touche colorée. Elle représente le portrait de trois-quarts d’un jeune garçon portant le costume breton. Le visage est constitué d’une multitude de coups de pinceau, parfois obliques ou verticaux, apposés les uns près des autres. Il est coiffé d’un chapeau à larges bords noirs, muni de guides à l’arrière. Sur une chemise blanche au col relevé, il porte une blouse bleue large. L’artiste suggère l’arrière-plan à l’aide d’une multitude de touches colorées. Au dos de ce tableau, Delavallée rendrait hommage à son ami Gauguin en indiquant sur une étiquette «  Kenavo, Monsieur Gauguin ». Il existe son pendant au féminin conservé au Musée des Beaux-arts de Brest.

Henri Delavallée, comme d’autres artistes du groupe de Pont-Aven, a réalisé des portraits de personnes gravitant autour de lui ou de modèles se prêtant au jeu. Ce genre est une occasion pour les artistes de représenter des individus, non pas de manière réaliste, mais à la façon dont ils ont voulu les identifier et les caractériser. Pour les artistes, il s’agit aussi d’éprouver leur technique au travers d’un genre différent du paysage.

 

Le saviez-vous ?
à ne pas manquer

Les informations recueillies au travers du site http://www.museepontaven.fr et des sites affiliés en sous domaine font l'objet d'un traitement informatisé destiné au traitement de votre demande. Elles sont intégrées dans les fichiers clients, susceptibles d'être mises à disposition de ses partenaires et pourront être cédées à des tiers. Vous pouvez demander à ce que les données à caractère personnel, objet de la présente collecte, ne soient pas communiquées, en contactant notre Correspondant Cnil. Conformément à la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données qui vous concernent, sauf lorsque la loi en dispose autrement.

Nos partenaires : © 2015 Musée de Pont-AvenMentions légalesPlan du siteEspace presseContactez-nousLa protection des données numériques

Les informations recueillies au travers du site http://www.museepontaven.fr et des sites affiliés en sous domaine font l'objet d'un traitement informatisé destiné au traitement de votre demande. Elles sont intégrées dans les fichiers clients, susceptibles d'être mises à disposition de ses partenaires et pourront être cédées à des tiers. Vous pouvez demander à ce que les données à caractère personnel, objet de la présente collecte, ne soient pas communiquées, en contactant notre Correspondant Cnil. Conformément à la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données qui vous concernent, sauf lorsque la loi en dispose autrement.

Nos partenaires :