FR EN
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
Informations pratiques Expositions Votre visite Musée

© 2015 Musée de Pont-Aven Mentions légales Plan du site Espace presse Contactez-nous
Un équipement de Concarneau Cornouaille Agglomération

FR EN
Passées
La modernité en Bretagne /1
La modernité en Bretagne /1

89 oeuvres dont 36 issues de collections publiques,

53 de collections privées, et 48 artistes présentés

Grâce à des prêts exceptionnels, 77 peintures et 12 oeuvres sur papier (gouaches, fusains, pastels...), de 56 prêteurs dont 36 oeuvres issues de collections publiques (musée d’Orsay, Musée National d’Art Moderne – Centre Pompidou, Musée Marmottan-Monet) et 53 de collections privées, l’exposition propose aux visiteurs un panorama de la création artistique en Bretagne à la fin du XIXème et au début du XXème siècle.

PARCOURS DE L’EXPOSITION EN TROIS SECTIONS : REGARD SUR QUELQUES OEUVRES

De 1870 à 1920, de nombreux peintres posent leurs chevalets en Bretagne, attirés par l’authenticité des paysages et la singularité de la lumière. A travers 89 oeuvres et 48 artistes présentés, l’exposition explore toutes les facettes de l’Art Moderne en Bretagne.

1ère section : Présence des grands maîtres en Bretagne

En parallèle de la révolution esthétique de Pont-Aven, les oeuvres d’Eugène Boudin, de Claude Monet, de Paul Signac, de Maxime Maufra, d’Adolphe Beaufrère, d’Henri Rivière, de Jean Puy illustrent l’autre grande histoire de la peinture en Bretagne. Au XIXème siècle, plusieurs maîtres de la peinture moderne s’établissent en Bretagne. Les couleurs et la beauté des paysages leur inspirent des compositions nouvelles et les encouragent à mettre au point de nouvelles techniques picturales. Fondateurs de mouvements emblématiques de l’Art Moderne – impressionnisme, pointillisme, japonisme, fauvisme, cubisme, ces peintres de passage en Bretagne laissent une solide empreinte et inspirent nombre d’artistes.

Claude Monet (1840-1926), après avoir travaillé à apprivoiser la lumière éclatante du sud de la France, s’installe dans un petit hameau à Belle-Île (Morbihan) où il expérimente pour la première fois le travail en série. L’amplitude des marées, les caprices du temps et les variations de la lumière, l’amènent à mettre au point une nouvelle manière de peindre le motif, entreprenant plusieurs tableaux en même temps. Lors de la première exposition impressionniste en 1874, son tableau Impression, soleil levant, est à l’origine du nom du groupe. En avril 1883, il s’installe définitivement à Giverny. En 1886, Monet peint à Belle-Île du 12 septembre au 25 novembre. En 1886, Claude Monet vient travailler en solitaire à Belle-Île où il rencontre John-Peter Russell. A cette occasion, il réalise 39 toiles dont Pluie à Belle-Île. L’oeuvre présente un format carré inhabituel pour un paysage dans lequel la place du ciel pluvieux est prédominante. A cette époque, il recherche de nouveaux paysages naturels, dépourvus d’activités humaines, auxquels il peut confronter la technique impressionniste.

2ème section : les artistes sous influences

Les grandes innovations picturales des maîtres laissent des traces en Bretagne et inspirent les suiveurs et les artistes, de passage ou sédentaires, qui assimilent les avant-gardes dans des compositions personnelles : des touches impressionnistes, des aspirations japonisantes ou symbolistes se répandent sur les toiles d’artistes établis en Bretagne jusqu’en 1920. Des couleurs pures empruntées aux fauvistes teintent les oeuvres de Jeanne-Marie Barbey et Jules-Émile Zingg, des touches cubistes transparaissent chez Le Fauconnier ou Georges Sabbagh.

L’originalité de l’œuvre de Geroges Sabbagh (1887-1951), presque un hommage à Cézanne, réside dans le soin apporté à appliquer les préceptes cubistes de déconstruction des volumes de ces rochers de granit rose aux rondeurs typiques du littoral. A lui seul, ce tableau résume les recherches de l’artiste sur la lumière, l’usage d’une palette minimaliste, la simplification du paysage tout en préservant l’évocation de l’esprit des lieux dans la composition.

3ème section : l'émergence de "foyers" picturaux

Entre 1870 et 1920, parallèlement aux artistes qui émergent dans le sillage des maîtres, des peintres prennent des orientations plus personnelles et forment de nouveaux foyers picturaux. Des groupes d’artistes s’établissent alors dans des lieux géographiques précis, provoquant une émulation locale. A Concarneau, entre Quimper et Pont-Aven, un centre artistique s’établit dès les années 1870 autour des figures d’Alfred Guillou et de Théophile Deyrolle, élève d’Alexandre Cabanel à Paris. Henri Barnoin et Fernand Le Gout-Gérard y adoptent un style classique, alors que l’Américain Charles Fromuth et le Néo-zélandais Sydney Thompson choisissent une touche libre, nerveuse et spontanée.

Alors que la lumière et la couleur semblent les éléments principaux du tableau de Charles Cottet (1863-1925) , ce dernier est en fait un éloge du trait. Laissant à l’eau et au ciel la mouvance et l’incertitude, le peintre construit son oeuvre en ne mettant de lumière que sur le haut des mâts, la pierre des constructions et le granit des côtes. Et, si les voiles s’éclairent des derniers reflets du crépuscule, c’est d’une toile monolithe et rigide qu’elles semblent faites. Ici, la dissolution de l’image, chère aux impressionnistes est rejetée. Cottet peint, sans véhémence, le manifeste d’une réaction. A cette époque, les Nabis, et la « Bande noire », à laquelle appartient l’artiste, remettent en question la vision instantanée et mouvante de leurs aînés. Dans cette vue du port de Camaret, Cottet use donc de règles de composition classiques, sans rien perdre de ses qualités de coloriste audacieux.

Le saviez-vous ?
à ne pas manquer

Les informations recueillies au travers du site http://www.museepontaven.fr et des sites affiliés en sous domaine font l'objet d'un traitement informatisé destiné au traitement de votre demande. Elles sont intégrées dans les fichiers clients, susceptibles d'être mises à disposition de ses partenaires et pourront être cédées à des tiers. Vous pouvez demander à ce que les données à caractère personnel, objet de la présente collecte, ne soient pas communiquées, en contactant notre Correspondant Cnil. Conformément à la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données qui vous concernent, sauf lorsque la loi en dispose autrement.

Nos partenaires : © 2015 Musée de Pont-AvenMentions légalesPlan du siteEspace presseContactez-nous

Les informations recueillies au travers du site http://www.museepontaven.fr et des sites affiliés en sous domaine font l'objet d'un traitement informatisé destiné au traitement de votre demande. Elles sont intégrées dans les fichiers clients, susceptibles d'être mises à disposition de ses partenaires et pourront être cédées à des tiers. Vous pouvez demander à ce que les données à caractère personnel, objet de la présente collecte, ne soient pas communiquées, en contactant notre Correspondant Cnil. Conformément à la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données qui vous concernent, sauf lorsque la loi en dispose autrement.

Nos partenaires :